vendredi 23 février 2007

5 ans aujourd'hui...



On ne peut passer a cote de ce jour... cela fait 5 ans qu'Ingrid Betancourt est otage ( et que dire de ceux qui le sont depuis plus longtemps), ci-joint le texte du comite de soutien a sa liberation.

Profitons de ce jour pour penser a Aung San Suu Kyi. Lundi prochain sera lancee l’operation 90 jours pour la liberer , une action mediatique de soutien a la dirigeante de la Ligue Nationale pour la Democratie en Birmanie, prix Nobel de la Paix 1991, qui a passe 12 des 17 dernieres annees privee de liberte, mise en residence surveillee a plusieurs reprises par la junte birmane.
Et puis pensons aux tibetains (ne pas oublier de boycotter les jeux de 2008!!!), massacres, tortures,etrangers dans leur pays, au Darfour toujours et encore.Ainsi qu'a toutes les femmes qui a travers le monde sont battues, torturees, violees, brulees a l'acide, emprisonnees, assassinees, juste parce qu'elles sont des femmes au nom de "la morale ou des habitudes locales de certaines contrees"


Bon pour faire plus court a la plus grande majeur partie de la population mondiale qui est maintenue dans le denouement le plus total souvent pour cause d'enrichissement d'une autre partie (mais beaucoup plus petite celle-ci) .A voir ou a revoir le documentaire hier soir diffuse a "Envoye special" sur la route des cheveux ou comment s'enrichir sur les croyances des plus pauvres....



Le 23 février prochain, cela fera 5 ans qu'Ingrid Betancourt est privée arbitrairement de liberté, otage d'un conflit interne qui ensanglante la Colombie depuis un demi-siècle.

Ingrid partage ce sort pitoyable avec beaucoup d'autres, dont certains depuis près de dix années, dans une de forets les plus inhospitalières de la planète.

Elle en est devenue le symbole, donnant son nom et son visage à ces milliers d'anonymes ainsi qu'à tous ceux qui souffrent d'une sale guerre jusque là méconnue par la communauté internationale.

Parmi les milliers de victimes de cette pratique barbare, Ingrid constitue, avec 56 autres, un groupe indissoluble d'otages " échangeables " pour lesquels aucune rançon n'est demandée, et que leurs ravisseurs, la guérilla des farc, ne veulent libérer que via un échange avec des guérilleros emprisonnés.

La Fédération Internationale des Comités Ingrid Betancourt, qui regroupe en Europe et ailleurs une cinquantaine de comités, se bat depuis février 2002, soutenue par plus de 1750 communes qui représentent toutes les tendances démocratiques. Le combat que nous menons ensemble n'est pas politique ; c'est une action citoyenne qui veut défendre les droits humains élémentaires - entre autre celui à la vie et à la liberté.

Au moment où Ingrid et Clara entament leur sixième année de détention, nous voulons lancer plusieurs appels.

Nous appelons à la raison tant le gouvernement colombien que les farc, et nous les enjoignons à se mettre - enfin - à la table de négociations, pour conclure au plus tôt un accord humanitaire conforme aux Conventions de Genève et au Droit International Humanitaire en général, car c'est la seule solution viable pour mettre fin au cauchemar des otages et de leurs proches.

Nous invitons tous les gouvernements d'Europe et l'ensemble de la communauté internationale à suivre l'exemple de l'Union Européenne qui, par la voix de son représentant à Bogota, a manifesté son soutien ferme à la conclusion de cet accord humanitaire et a manifesté avec vigueur son opposition aux opérations de libération par l'armée, opérations dont on sait qu'elles mettent gravement en danger la vie des otages.

Nous leur demandons également de manifester concrètement leur solidarité avec les efforts de médiation déployés par les gouvernements Suisse, Français et Espagnol, qui tentent depuis longtemps, par la voie diplomatique et avec des missions de terrain, de rendre possible un accord entre les deux parties en conflit. Ce groupe de pays " amis de la Colombie " a été et reste encore aujourd'hui, sous l'impulsion de la France, le seul acteur extérieur vraiment impliqué dans la recherche d'une solution, et il a plus que jamais besoin de l'appui de tous, sans exception.

Seule une pression internationale constante et déterminée peut contraindre les deux parties à négocier. Si agir pour la liberté, la vie et la paix sont synonyme de grandeur, les enlèvements, la guerre et la mort sont la honte de ceux qui s'y abaissent


4 commentaires:

Valérie a dit…

Tu as raison, déjà en parler, faire que cela ne tombe pas dans l'oubli et ne soit pas considéré comme un état de fait normal, est très important.

Mitsuko a dit…

Je vais peut-être me faire lyncher mais j'ai une théorie là-dessus... Avec le syndrome de Stockholm et au bout de 5 ans, elle a du rallier leur cause, non? Je sais que je suis une indécrottable réveuse mais je l'imagine bien amoureuse d'un beau révolutionnaire colombien (pas style sergent Garcia, hein!). Bon j'arrête. Et t'as raison, faut en parler!

Alhya a dit…

je te suis à 100% Bella! ne surtout pas oublier!

confituremaison a dit…

5 ans...on ne peut meme pas imaginer a quel point c'est terrible.